L'UN DES INGRÉDIENTS D'UNE PERTE DE POIDS ASSURÉE: ACTE 2


'' Coach je viens à la salle 4 fois par semaine cours co (collectifs) et muscu ( musculation) je suis même un régime mais je ne comprends pas je n'arrive pas à perdre du poids''


''p***ain bientôt l'été et je n'arrive pas à faire partir mes poignées d'amour''


Avant d'aller plus loin il est important de savoir de quoi on parle

Les boissons alcoolisées sont constituées principalement d'eau, d'alcool pur (chimiquement connu sous le nom d’éthanol) et de quantités variables de sucres (Glucides); leur teneur en autres nutriments (par exemple, protéines, lipides) est généralement négligeable. Par conséquent, tout calories fournies par les boissons alcoolisées sont dérivés des glucides et d'alcool qu'ils contiennent. En sachant que l'alcool ( l’éthanol) est la deuxième source d'énergie de tous les macronutriments (7 kcal/g) derrière les lipides (9 kcal/g) et devant les glucides (4 kcal/g). Cependant, sous certaines conditions les calories dérivées de l'alcool ont moins de valeur biologique que les calories dérivées des glucides, comme le montre cette étude dans laquelle Pirola et Lieber (1972) ont comparé les poids de deux groupes de participants qui ont reçu un régime équilibré contenant un nombre égal de calories. Dans l'un des groupes, 50% des calories totales provenaient de glucides, alors que dans les autres groupes les calories proviennent de l'alcool. Bien que tous les participants aient reçu le même nombre de calories, ceux du groupe de l'alcool présentaient une diminution du poids corporel par rapport à ceux du groupe des glucides. Mais cela ne s’arrête pas là, lorsque les participants ont reçu des calories

supplémentaires sous forme d'alcool, ils n'ont pas connu de gain de poids. Ceci suggère qu'une partie de l'énergie contenue dans l'alcool est «perdue» ou «gaspillée», c'est-à-dire qu'elle n'est pas disponible pour le corps pour réduire ou maintenir la masse corporelle. Dans d'autres conditions, cependant, les calories dérivées de l'alcool ont la même valeur biologique en calories dérivées d'autres nutriments. Les différents mécanismes impliqués et les circonstances dans lesquelles les calories de l'alcool comptent pleinement ou ne comptent pas sont décrites en détail par Lieber (1991 a ) et nous en parleront un peu plus bas.


Qu'est ce qui se passe sur votre alimentation lorsque vous buvez

Une fois absorbé, l'alcool doit être métabolisé immédiatement, pour deux raisons. Premièrement, le corps n'a pas la capacité de stocker de l'alcool, contrairement aux autres sources d'énergie (protéines, lipides et glucides ...), et deuxièmement, l'alcool a des propriétés toxiques. C'est donc pour ces raisons que l'alcool est métabolisé en priorité et ceci n'est pas sens conséquence. En effet la transformation de l'alcool va donner, entre autres, des substances qui alimentent la fabrication d’acides gras alors qu’en parallèle la combustion des graisses est ralentie. Ainsi l’alcool favorise doublement la formation de dépôts graisseux. Et les principaux organes touchés: le tissu adipeux de l’abdomen et le foie lui-même. Voici ce qui se passe : en général, à niveau bas de consommation (moins d'un verre à 1 verre par jour), les calories

alcooliques s’ajoutent à la consommation énergétique totale. Quand la consommation représente 2 à 3 verres par jour, l’alcool se substitue partiellement aux glucides (Colditz et coll., 1991 ; Fisher et Gordon, 1985 ; Gruchow et coll., 1985).Chez les buveurs qui consomment plus de 3 verres par jour, pas seulement l'apport en glucides, mais la plupart des autres nutriments sont également diminués.  De plus de nombreuses études (Foltin et al. 1993; Westerterp Plantenga & Verwegen 1999 ; Yeoman et al 2003 ; Yeoman et al 2004) indiquent que l’alcool ouvre l’appétit alors que ses apports caloriques devraient le couper. Et pendant les repas il retarde la satiété, si bien que l’on continue à manger alors qu’on devrait avoir arrêté depuis longtemps. Donc boire moins permet de mieux contrôler son alimentation.


Alcool et poids corporel

Comme nous l'avons vu plus haut, les études indiquent que l'énergie dérivée de la consommation d'alcool est généralement additive au régime alimentaire normal et favorise donc une augmentation de l'apport énergétique; par conséquent, il est donc normal d'attendre que la consommation d'alcool soit associée à un gain de poids et d'IMC (à l'exception des gros buveurs chroniques dont l'alimentation et le métabolisme peuvent être modifiés comme vu plus haut). Les études prospectives récentes qui considèrent la prise de poids et la consommation d’alcool ont déclaré que les personnes qui boivent de manière modérée ont tendance à peser plus lourds que les buveurs à faible consommation d'alcool ou abstinents.

Même si ce gain de poids est moindre que celui attendu étant donnée la valeur nutritionnel de l'alcool (7 kcal/g) comme le souligne les études épidémiologiques. L’alcool favorise l’obésité abdominale chez les hommes (Brunner et coll., 2001), en particulier lorsqu’elle est associée à la sédentarité et à une consommation élevée en lipides (Tremblay et coll., 1995). Il est suggèré également un effet bénéfique de la consommation d’alcool sur le cholestérol et sur l’amélioration de la sensibilité à l’insuline, dans les deux sexes, ce qui rejoint l’hypothèse de Jéquier (1999a) qui trouve que l’ingestion d’alcool réduit l’oxydation des lipides et favorise donc leur stockage. En effet bien que l'insuline aide à réguler la glycémie, elle favorise également le stockage des graisses dans le corps.

Mannisto et al en 1996 mènent une etude sur 27 215 hommes fumeurs en Finlande, montrent que les consommateurs quotidiens sont plus minces (IMC = 25,8) que les consommateurs non quotidiens (IMC = 26,4), pour une consommation totale égale. Dans les pays nordiques, la consommation de spiritueux est plus associée à une augmentation de l’IMC que celle des autres boissons (Jacobsen et Thelle 1987 ; Mannisto et coll., 1996). Cependant, en Italie, la consommation d’alcool, principalement sous forme de vin, est positivement associée à la prise de poids, même chez les femmes, (Ferro- Luzzi et coll., 1988 ; Chatenoud et coll., 2000).


Par contre cette étude remarquable de Clevidence en 1995 (par les résultats) montre que les personnes en surpoids utilisent plus efficacement l’alcool. En effet dans une

expérimentale ayant suivi des femmes recevant (ou non) 30 g d’alcool par jour pendant 3 mois, 15 femmes ont eu besoin de 212 kcal/j de supplément sous alcool pour maintenir un poids constant, alors que 22 ont eu besoin d’une diminution des apports (134 kcal/j). Les femmes les plus corpulentes (IMC = 25,2) utilisent plus efficacement les calories dérivées de l'alcool que les autres (IMC = 22,6). Dans une autre étude réalisée chez les hommes (supplément de 90 g alcool/j), l’alcool ne fait pas grossir les sujets obèses (Crouse et Grundy, 1984). Ces résultats sont compatibles avec l’hypothèse de la sensibilité à l’insuline : en effet, les sujets obèses sont résistants à l’insuline et l’effet sensibilisateur de l’alcool pourrait être inhibé (ou négligeable) chez eux.


Conclusion

L'alcool fait grossir. Il est dit qu'il fait grossir au niveau du ventre. L'alcool a trois paradoxe à mon sens :

  • il fait grossir ceux qui boivent 1 à 3 verres par jours et maigrir ceux qui boivent plus de verres par jour

  • l'alcool fait moins grossir les personnes qui boivent 1 à 3 verres tous les jours que les buveurs occasionnel du week-end (ceux qui termine 2 bouteilles de vin et qui ont oublié leur soirée)

  • l'alcool ne fait pas grossir les personnes obèses ( attention je n'ai pas dit l'alcool fait maigrir les obèses)

Même s'il est vrai que nous sommes nombreux à consommer de l'alcool. Mais cela dit, pour la majorité des personnes qui boivent, l'alcool est associé au plaisir, à la socialisation, à la détente et aide donc à l'intégration et au développement social. D’ailleurs de nombreuses personnes, qui consomment un à trois verres ou moins d'une boisson alcoolisée par jour, considèrent ces boissons comme faisant partie de leur alimentation normale et acquièrent un certain nombre de calories d'eux. Il est important de noté que l'alcool n'est pas compatible avec les bikinis.


Si ce n'est toujours pas clair à savoir s'il est possible de boire de l'alcool sans grossir ?

Voici ma réponse

Il est impossible de boire sans grossir, quoique si, à condition de boire sur "un tapis de course". Non plus sérieusement boire de l'alcool sans grossir ? Non compliqué . Mais pour limiter la casse il faut opter pour des boissons moins caloriques et moins fortes, par exemple le cidre. Bon maintenant lorsque vous buvez faites le avec modération, essayez de garder le plus longtemps possible votre verre (45 minutes à 1h). Je vois vos yeux d'ici, 1 verre en 1h?! Bah oui pensez bikini bikini et en plus ça vous évite d'absorber trop de calorie mais également d'être trop saoule trop rapidement, et de vous retrouver avec un bon vieux black-out le lendemain, voire plus si affinités (votre ex dans votre lit, OMG!)...


Voici la réponse du Pr Victor de Lédinghen (Hépatologue au CHU de Bordeaux )

"L’alcool est un facteur objectif de la prise de poids. Réduire sa consommation est la première mesure à prendre pour maigrir. En couplant l’arrêt de l’alcool à une activité physique quotidienne, il est possible de perdre un tour de taille en quelques semaines."


Voici la réponse d'Alexandra Retion (nutritionniste et auteur de plusieurs livres comme ''Qu'est-ce qu'on mange ?'' - ''sos nutrition'' ...)

Lorsque vous souhaitez perdre du poids la consommation d'alcool peut très vite faire pencher la balance du mauvais côté. Pourtant selon Alexandra, pas question de complètement bannir l'alcool même en période de régime : "Il vaut toujours mieux éviter les régimes restrictifs et la frustration. En cas de régime amaigrissant, il faut être raisonnable. La clé est de se faire plaisir tout en compensant sur la journée pour respecter l'équilibre alimentaire" conseille l'experte. Vous avez une soirée ou un apéritif avec des amies ? Plutôt que de vous rabattre sur un jus de fruits ou un cocktail sans alcool qui risque d'être tout aussi calorique sinon plus, pensez plutôt à limiter votre consommation de sucre sur la journée, zappez par exemple le dessert, ou le goûter s'il est sucré. Optez pour les alcools les plus légers (vin, cidre) et oubliez les cocktails qui ont tendance à être bourrés de calories. "Limitez les verres d'alcool, savourez votre champagne. Mais si vous aimez un bon verre de vin, ne vous en privez pas, évitez plutôt de vous resservir.


Et bien sûr n'oubliez pas votre séance de sport pour éliminer ces calories en plus, mais surtout pas le lendemain s'il vous plait et le mac donald le lendemain n'est pas votre meilleur allier (arrêtez le massacrer votre corps bon la dernière phrase c'est moi).


Au vu de votre Tête vous avez besoin de moi 06 25 13 91 66  et ou n'hésitez pas a partager



WilB-coach sportif

Parc libournais

33500 Libourne

wilb.coachsportif@gmail.com

+33 6 25 13 91 66

© 2020 WilB-coach sportif Tous droits réservés

  • Facebook